Conseils boursiers
investir bourse
bourse investir

Psychologie bourse : les aspects psychologiques guidant les marchés financiers

Psychologie bourse : un point important à connaître en bourse, c'est que les marchés ne fonctionnent pas que sur des critères rationnels.

En effet, les évolutions des cours de bourse dépendent principalement de l'offre et de la demande, qui elles-mêmes sont la résultante d'anticipations de résultats ou de résultats financiers. De nombreux facteurs psychologiques vont peser sur les décisions d'investissement et avoir un impact sur l'évolution des prix des actions.

Le plus difficile à réaliser peut-être c'est la maxime de Warren Buffett « be fearful when others are greedy, be greedy when others are fearful », en clair, il faut acheter quand les marchés s'écroulent et il faut vendre quand les cours de bourse sont au plus haut.

Psychologiquement, quand les marchés baissent, la majorité des investisseurs sont paralysés, toutes les valeurs semblent trop chères et risquées. Quand les cours de bourse n'arrêtent pas de progresser, toutes les actions semblent attractives (phénomène d'appât du gain).

psychologie bourse

Quels sont les ressorts psychologiques à l'oeuvre en bourse ? Les connaître et en avoir conscience, c'est déjà détenir une partie de la solution.

Cours de bourse et anticipations :

L'interprétation que font les investisseurs des nouvelles économiques guident l'évolution des cours de bourse. Si les nouvelles économiques sont mauvaises, la bourse peut progresser alors qu'en cas de bonnes nouvelles macroéconomiques et microéconomiques, les marchés peuvent baisser. Cela peut sembler paradoxal à première vue !

Ce qui est important pour les marchés, c'est la question suivante : « est-ce que les résultats sont conformes aux anticipations ? », ainsi si le chômage est attendu en hausse de 10% aux USA et s'il n'est finalement qu'en hausse de 5%, la nouvelle demeure mauvaise mais moins mauvaise qu'escomptée, les marchés auront de fortes chances de progresser.

Psychologie bourse : les réflexes humains

Il est absolument fondamental en bourse d'éliminer tous les facteurs émotionnels, intuitifs ou sentimentaux. Ce principe de base est très difficile à respecter dans les faits.

La peur de perdre :

Les chercheurs en économie ont découvert que si nous avons le choix entre :

-accepter une perte certaine de 1500 Euros
-75% de chance de perdre 2000 Euros et 25% de chance de ne rien perdre

Les études ont montré que la majorité des investisseurs choisira la deuxième solution car elle laisse l'espoir de maintenir notre investissement intact.

L'asymétrie dans notre relation aux gains et aux pertes boursières :

Ces mêmes chercheurs ont déterminé qu'une perte de 1000 Euros nous affecte deux fois et demie plus qu'un gain de 1000 Euros. Alors qu'un esprit rationnel aurait la même quantité de joie ou de peine pour un gain ou une perte d'une somme donnée. Le risque est bien évidemment de laisser les pertes se creuser irrémédiablement et de voir la moins-value s'amplifier.

L'ego mal placé :

D'après les chercheurs, les actions gagnantes ont 70% de chance de plus d'êtres vendues que les actions perdantes (en moins-values). Or les actions en moins-values bénéficient d'avantage fiscaux, le processus psychologique est dans ce cas celui de l'ego : vendre une action à perte revient à reconnaître son erreur de jugement. Pour savoir à quel moment couper ses pertes, il faut se fixer dès le départ un cours auquel sortir quoiqu'il arrive. En effet, préserver son capital nécessite d'éviter de perdre gros sur une opération.

Le côté moutonnier des investisseurs :

Les marchés vont avoir tendance à réagir de façon excessive aux différentes évolutions économiques ou différences par rapport aux anticipations. Cet excès de volatilité est due en partie aux mouvements spéculatifs et à l'analyse graphique notamment. En effet, les investisseurs cherchent généralement à anticiper l'évolution des prix telle que le marché lui-même va les produire.

De fait, les comportements des intervenants s'influencent réciproquement : il s'agit de mimer le marché afin d'en prévoir le mouvement (effet de mimétisme).

L'analyse graphique et la prophétie auto réalisatrice :

Plus les investisseurs croient au bien-fondé de l'analyse graphique, plus celle-ci sera efficace (car ils vont influer sur le marché à l'aide de ces techniques). Cependant, pour nous, il s'agit bien de prophétie auto réalisatrice ou de pensée magique, c'est-à-dire la croyance dans une relation directe entre le comportement d'un individu et le déroulement d'événements qui bien souvent le dépasse.

Pour aller de Psychologie bourse à la page d'accueil

Souhaitez-vous réagir à cet article ?

Que pensez-vous des idées contenues dans cet article ?

Avez-vous des remarques, des interrogations, des précisions à apporter ?




Articles populaires :

-Choisir les actions gagnantes
-Action Total
-Fiscalite Dividendes
-Meilleures actions pour 2012
-La Bourse du Bresil
-Les meilleures dividendes

Recevez nos conseils boursiers:
votre Email :





bourse investir





Warren Buffett

[?] Abonnez-vous à nos news (RSS)

XML RSS
Add to Google
Add to My Yahoo!
Add to My MSN
Add to Newsgator
Subscribe with Bloglines

Page d'accueil I Haut de la page




Copyright© 2008-2014 bourse-investir.com