Conseils boursiers
investir bourse
bourse investir

Interview bourse : 2 articles intéressants sur la gestion de portefeuille

Interview bourse : récemment, nous avons lu deux articles intéressants sur la bourse et la gestion de portefeuille actions en général.

En effet, le rebond récent des marchés boursiers ne doit pas faire oublier les règles de prudence en matière d'investissement.

Interview bourse : gérant actions

Cette interview provient du site boursorama et est reproduite intégralement.

Jean-Pascal Rolandez (The L.T.Funds) : « Nous investissons pour le très long terme »

Les actions restent un bon investissement de court et de très long terme selon Jean-Pascal Rolandez, gérant du fonds Ulysses chez The L.T.Funds.

Vous vous définissez comme un gérant de très long terme. Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Jean-Pascal Rolandez : Quand j’entre une valeur en portefeuille, c’est à priori pour un durée d’au moins cinq ans. Cela se traduit par un taux de rotation parmi les plus bas de la profession. Sur la base d’un track record de dix ans, le taux de rotation est en effet d’une fois tous les sept ans et une fois tous les quinze ans si l’on exclut les OPA et les OPE, sachant que le portefeuille compte moins d’une trentaine de valeurs sélectionnées à travers l’Europe.

Les crises boursières de ces dernières années (bulle internet, subprimes etc.) rendent-elles encore pertinente l’idée que les actions restent le meilleur placement de long terme ?

J-P.R : En effet, les actions ne sont pas un bon investissement de long terme. Sur une durée comprise entre trois et quinze ans, cette classe d’actifs ne surperforme pas les obligations d’Etat. En revanche, les actions sont un excellent support d’investissement à court ou moyen terme, entre quelques semaines et trois ans pour accompagner le marché, ou bien alors sur le très long terme, au-delà de vingt ans !

Qui sont les investisseurs de très long terme, à plus de vingt d’ans ?

J-P.R : On retrouve notamment les caisses de retraite, compagnies d'assurance-vie, ou des fondations gérant le patrimoine de familles très fortunées et qui ont des horizons d’investissement très longs. Enfin, certains particuliers ont encore des mentalités véritablement long-termistes.

Comment sélectionnez-vous vos titres pour une aussi longue durée ?

J-P.R : Nous investissons plus dans des entreprises que dans des actions. Nous analysons surtout les fondamentaux de l’entreprise, la qualité de son management et ses résultats opérationnels. Le niveau de valorisation importe moins.

Comment avez-vous traversé les turbulences récentes ?

J-P.R : Nous avions mal traversé la première vague de la crise des subprimes en 2007, par ailleurs en haut de cycle boursier. Comme notre portefeuille est raisonnablement défensif et investi pour un tiers en valeurs moyennes, nous avons souffert de l'automne 2007. Les deux années de sous performance de notre fonds sur les dix dernières ont coïncidé avec les deux hauts de cycle (2000 et 2007). En revanche, nous avons surperformé significativement le benchmark MSCI Europe majoré des dividendes en 2008 et depuis le début de l’année.

Quelle la première pondération de votre fonds Ulysses L.T.Funds European General ?

J-P.R : Air Liquide est ma valeur favorite. Nous la détenons depuis vingt-cinq ans ! C’est la première pondération du portefeuille (8%) et nous considérons que cette société a toujours été extrêmement bien gérée. Les gaz industriels constituent une matière première au même titre que l’eau, l’électricité ou le gaz naturel. Je rangerais même cette valeur dans la catégorie des utilities.

Quelles valeurs françaises attirent aussi votre attention ?

J-P.R : J’ai entré Veolia Environnement en portefeuille à l’automne 2008 à l’occasion de la chute des marchés et je renforce cette ligne depuis lors.

Les « utilities » ont été durement sanctionnées avec la crise du crédit. On leur reproche leur endettement trop important...

J-P.R : Mais c’est un mauvais procès! Le business de concessions implique de l’endettement au vu des énormes cash flow dégagés. Du côté des valeurs industrielles, j’aime aussi beaucoup Zodiac. Outre un management de très grande qualité, l’équipementier aéronautique dispose de positions dominantes dans les pièces de sécurité qui doivent être remplacées à échéances régulières. Leur business est donc en grande partie récurrent. Le changement actuel de génération d’avions qui permet d’économiser 25% de carburant par rapport à la génération précédente est aussi une aubaine pour ces équipementiers. Il faut rappeler que malgré les difficultés des compagnies aériennes, Airbus et Boeing disposent d’un carnet de commandes d’environ six ans !

Et du côté des valeurs moyennes ?

J-P.R : J’apprécie GL Events. Cette société lyonnaise est devenue le numéro un européen de l’organisation de salons. Ce sont aussi des prestataires de services pour l’organisations de manifestations diverses. Beaucoup de municipalités disposent par exemple d’une salles de congrès mais ne savent pas la gérer. Elles sont donc dans l’obligation de faire appel à des spécialistes comme GL Events, qui, incidemment, structure véritablement ce secteur éparpillé.

Mais en période de crise, n’est-il pas sacrifié en priorité par les entreprises qui cherchent à faire des économies ?

J-P.R : Je ne le pense pas. Malgré la crise, ce secteur devrait rester dynamique. Les gens ont toujours besoin de se rencontrer, peut-être plus que jamais. Si internet met fin aux voyages d’affaires réguliers, il renforce au contraire la nécessité de se voir au moins une fois par an dans des salons ou des congrès.




Interview bourse : 10 raisons pour rester à l'écart des actions bancaires

Les conseils de Brett Arent du Wall Street Journal : pourquoi est-il toujours négatif sur les banques à l'heure actuelle.

Les récents mauvais résultats trimestriels de la Société Générale ainsi que les incertitudes sur les levées de fonds à venir des banques américaines renforcent la pertinence de son analyse.

Certains arguments ne s'appliquent pas vraiment aux banques françaises mais son opinion argumentée est intéressante. Nous la rejoignons globalement, le principal souci pour investir dans les banques est bien évidemment le manque de transparence sur leurs actifs et les dépréciations à venir.

Why I'm Staying Away from Bank Stocks The bank rally might continue, but investors shouldn't touch banking stocks with a 10-foot pole.

For the first time in a long while, things are looking up for the banks.Morgan Stanley and Capital One just reported bigger than expected losses. But overall the results have beaten the gloomiest forecasts, and shares have rocketed from last month's desperate lows. Wells Fargo and JP Morgan Chase have doubled. Bank of America and Citigroup have trebled. Many banks are now talking of repaying the government's TARP money. And leaks suggest all the major banks may pass the government's "stress tests" in a couple of weeks.

Many are wondering if the crisis is now over. Are happy days here again? And is it too late to get on board?I wish shareholders the best. And maybe this rally in banking stocks will keep going. I have no idea - I never try to foretell short-term moves in the market.But I wouldn't touch banking stocks with a 10-foot pole. If I had any shares I'd be looking to sell.Why? Here are 10 reasons.

1.These stocks are gambles. They are highly leveraged bets on an economic rebound. They will be most vulnerable if the recovery runs out of steam. And the market rally has already run well ahead of any upturn in economic news.

2.And you're betting blind. Your cards are all face down. At least with, say, a retailer you have a pretty good idea what the assets actually are and what they might fetch if they had to be sold quickly. With the banks: Good luck. Nobody really understands what they own - least of all the people in charge.

3.The "stress tests" that the government is running on banks may not be stressful enough. As others have already pointed out many forecasters already expect the economy to do worse than the tests' supposed "worst case scenario".

4.Recent earnings reports, while often not as bad as many had feared, should raise more eyebrows. Write-offs are certainly rising. And analysts at SG Securities say, for example, that up to one third of Wells Fargo's first -quarter profits may have come from an accounting change.

5.The stock market rarely comes out of a crash the way it went in. Financials and emerging markets owned the last boom, 2003-07. They're probably not the place to be in the next one.

6.Financials aren't even quite as depressed as they may seem. They just look that way because they got so high before. Right now they make up about 15% of the US stock market by market value. Sure, a few years ago they were nearly a quarter of the market. But 25 years ago they were only about 12%.

7.For the retail banks: It's hard to have much faith in - or respect for - their business model. Too many rely on nickel and diming customers - on everything from overdraft fees, credit card gotchas and low interest paid on deposits. Bankrate says average fees hit a new high last year. This leaves banks wide open to more regulation, better competition, or simple customer revulsion.

8.As for the Wall Street banks: They aren't run for the benefit of the stockholders anyway. They are run for the staff. The threat of a crackdown on pay is going to cause a stampede to new firms. These banks will happily issue new shares, diluting existing stockholders, just to pay off the TARP money so they can get back to handing out fat bonuses.

9.Why bother? Banking isn't the only industry on the stock market. And investors have lots of choices these days. There are plenty of good quality businesses in other industries whose stocks are looking reasonably valued. Why gamble with your savings?

10.Finally, and most importantly: Even if, by some magic, the economy, the stock market and the banks recovered back to 2006 levels I still wouldn't want to own banking stocks. The bankers would just find another way to blow all the money.





Pour aller d'interview bourse aux autres actualités boursières






Articles populaires :

-Choisir les actions gagnantes
-Action Total
-Fiscalite Dividendes
-Meilleures actions pour 2012
-La Bourse du Bresil
-Les meilleures dividendes

Recevez nos conseils boursiers:
votre Email :





bourse investir





Warren Buffett

[?] Abonnez-vous à nos news (RSS)

XML RSS
Add to Google
Add to My Yahoo!
Add to My MSN
Add to Newsgator
Subscribe with Bloglines

Page d'accueil I Haut de la page




Copyright© 2008-2014 bourse-investir.com